Marseille : haute en couleurs



Il y a un mois, j'étais à Marseille pour le travail. Je mettais les pieds pour la première fois dans cette ville chargée de contrastes, qui ne laisse pas indifférent quiconque ose s'y aventurer.

Il y a Marseille touristique, "la belle", son vieux port et son Mucem, ses calanques, photogénique à souhait.

Et puis il y a Marseille "en développement", avec ses quartiers aux airs insalubres, là où le livreur de pizza n'ose même pas s'aventurer, mais où la plus grande manufacture collaborative et solidaire d'Europe a posé ses bagages : ICI Marseille.

Ce que j'ai retenu de cette ville, c'est sa palette de couleurs, où j'y ai retrouvé plusieurs de mes voyages. Les vieux immeubles aux façades délavées, donnant une impression de village italien. Les murs du Panier recouverts de Street Art, culture bien implantée à Rotterdam, ou bien plus près, à Vitry sur Seine, devenue capitale du Street Art. Les Calanques aux eaux turquoises, me rappelant les parcs de Croatie, ou encore les Calanques de Piana, en Corse.



Au-delà de ce que la nature et l'architecture de cette ville ont pu m'offrir, j'ai poussé les portes de certains bâtiments en quête de découverte et d'inspiration. Et à mon grand plaisir, j'en ai pris plein les mirettes !

Chez Rita : au coeur du Panier, entre deux fresques de rue, on pousse la porte de ce concept store fait de bric et de broc, pour venir y manger, y acheter des trouvailles de brocante, et même... se faire tatouer ! Le lieu est douillet, et on y mange super bien.



Sophie Ferjani, la sélection : évidemment, quitte à mettre les pieds à Marseille, autant faire un saut à la boutique de Sophie Ferjani. L'ensemble de l'équipe est très chaleureuse, nous avons été accueillies, avec mes consoeurs de l'UFDI, par Sophie autour d'un café, et la boutique, bien agencée, est composée d'une très belle sélection.



George Rousse : conseillée par une amie, je me suis dirigée vers le musée Regards de Provence, pour l'exposition Utopie & Métamorphoses, de Georges Rousse. J'avais déjà vu passer certaines de ses anamorphoses sur la toile, mais quel plaisir de découvrir ses oeuvres en photos géantes ! Un peu déçue d'ailleurs de n'avoir pu goûter plus à son travail "en réel", bien que la fin de la visite propose tout de même une anamorphose grandeur nature, un peu light à mon goût.

Cette expo m'a vraiment inspirée sur les capacités à tromper l'oeil par les perspectives... depuis, il m'est fréquemment arrivé de proposer des solutions originales par la couleur pour casser complètement les volumes d'un espace, et je ne compte pas m'arrêter là !



Wooden Gallery : Une jolie boutique de décoration, située entre les Docks et le Mucem. Sa sélection d'artistes m'a particulièrement plu, notamment le travail de Gil Frechet, photographe. Sa femme travaillant dans un cirque, il s'est amusé à photographier les trapézistes dans de gracieuses positions et à les dupliquer sur fonds de paysage pour créer des oeuvres originales.

Travaillant moi-même cette méthode de "collage" en photo, j'ai aimé cette découverte inattendue, me rappelant de loin le travail d'un de mes artistes préférés : Vincent Bourilhon, qui raconte de vraies histoires à travers ses photos, de manière très poétique.




Logo S fond clair.png

06 47 82 10 49

contact[at]carnets-libellule.fr

  • Facebook Carnets Libellule
  • Instagram Carnets Libellule
  • Houzz Carnets Libellule
  • Pinterest Carnets Libellule

COMPIEGNE - CHANTILLY - PARIS -

LILLE - LYON - ANNECY ... et ailleurs